La liberté du (des) croyant(s)

Texte de base : Galates 5 : 1-26

1 C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

Ce verset énonce quatre vérités essentielles du christianisme protestant que nous tendons souvent à oublier ou à ne pas mettre à l’avant dans notre témoignage quotidien :

1 Christ nous a affranchis, délivrés de l’esclavage du péché, de la désobéissance vis-à-vis de Dieu. Nous ne nous sommes pas affranchis : c’est Christ qui nous a affranchis, lavés, purifié, justifiés, délivrés, sauvés. C’est la raison pour laquelle, dans notre salut, nous lui devons tout et que nous n’avons pas de quoi faire prévaloir… Il ne s’agit pas là d’une euphorie, d’une déclaration de quelques illuminés en extases ; mais un constat qui devient nôtre au fur et en mesure que nous méditons sur notre salut…

2 Ce n’est pas pour rien qu’il nous a affranchis. Le dessein de Dieu que Christ est venu accomplir en nous affranchissant c’est que nous soyons des hommes libres d’accomplir la volonté de Dieu.

3 Le devoir d’exercer notre liberté est notre : il n’est pas celui de Christ, du Saint-Esprit ni du Père et encore moins des anges.

4 La servitude dans laquelle Satan nous met est un joug, une souffrance, une entrave à notre liberté, une prison, une réduction voire même une négation de notre personne humaine, de notre identité d’enfants de Dieu.

2 Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien.

3 Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi tout entière.

4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce.

5 Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, l’espérance de la justice.

6 Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

Les 5 versets ci-avant nous montre que s’il nous avons quitté la servitude de la désobéissance à Dieu, notre quête n’est pas celle d’une moralité futile, d’une apparence artistique, cosmétique ou ostentatoire – beaucoup de versets dans les Ecritures le montrent – mais bien qu’elle (notre quête) est la foi en Dieu dont il convient par ailleurs de bien connaître la signification (la confiance en Dieu, la soumission à lui : Hébreux 11).

1 Lorsque l’Esprit, Christ et Dieu lui-même, viennent habiter dans nos cœurs, la transformation qu’ils opèrent en nous est la soumission volontaire de notre être tout entier, de notre volonté, à Dieu, que nous reconnaissons comme Père aimant, juste, bon, magnanime, sévère dans ses exigences, mais riche en amour ; soumission, avec conscience et confiance sous-jacentes qui s’appelle la foi. (Hébreux 11).

2 Cette soumission se manifeste, traduit, au regard de ceux qui nous observent, par des pensées, des attitudes et des agissements totalement nouveaux, à l’opposés des valeurs que nous propose monde d’aujourd’hui, le présent système de choses.

(1 Corinthiens 13:13) Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, la charité ; mais la plus grande de ces choses, c’est la charité. Pour qu’il en soit ainsi, il est des choses sur lesquelles l’apôtre veut encore attirer notre attention.

7 Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ?

8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle.

9 Un peu de levain fait lever toute la pâte.

10 J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine.

11 Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté ? Le scandale de la croix a donc disparu !

12 Puissent-ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous !

L’Eglise est aujourd’hui confrontée à un grave problème auquel l’apôtre voudrait que nous prêtions attention : la corruption de nos mœurs par des éléments extérieurs que nous laissons nous envahir (omulti-culturalité, oeucuménisme, otolérance, omixité, olibertinage, ofraternité).

Ce qui nous fait abandonner le chemin du Seigneur (s’arrêter d’obéir à Dieu), ce n’est pas l’Esprit de Dieu en nous. C’est le peu de levain que nous laissons fermenter notre vie. Notre compagnie. Notre télé radio ou baladeur, notre camaraderie. C’est le manque de discernement au cours de nos réunions ou dans nos rapports avec les frères.

13 Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.

14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres.

16 Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair.

17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

18 Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.

La vie des chrétiens véritables est caractérisée par une certaine discipline : la liberté de vivre dans l’ordre, une vie selon l’Esprit et non pas selon la chair – qui sont opposés dans leurs désirs respectifs, l’amour mutuel, le soin apporté les uns aux autres, la résistance contre l’animosité.

Dire tout cela peut paraître théorique, pour certains esprits, bien intentionnés, mais peut-être pas encore en mesure de comprendre un discours spirituel ou théorique.

19 Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution,

20 l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,

21 l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.

Le salut par la foi seule, ne veut pas dire que la porte soit ouverte à la licence : c’est tout le contraire ! La vie chrétienne est plus disciplinée que ne les prétendent les païens et les faux chrétiens. La foi, dans la vie pratique se traduit par la sainteté !

22 Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité,

23 (5-22) la douceur, la tempérance ; (5-23) la loi n’est pas contre ces choses.

24 Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.

26 Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

Les chrétiens ont une vie meublée. Ils sont véritablement le sel de la terre. Ce sont eux les producteurs de l’amour, de la joie, de la paix, de la patience, de la bonté, de la bénignité (affabilité=prévenance, amabilité, indulgence, humanité), la fidélité, la douceur (délicatesse, bonté, aménité, gentillesse, patience, amabilité), la tempérance (sobriété, frugalité, austérité, abstinence, économie, pondération, mesure, retenue)

Hébreux 11:9 Cest par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse.

Hébreux 11:11 Cest par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse.

Hébreux 11:17 Cest par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses,

Hébreux 11:20 Cest par la foi qu’Isaac bénit Jacob et Esaü, en vue des choses à venir.

Hébreux 11:21 Cest par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu’il adora, appuyé sur l’extrémité de son bâton.

Hébreux 11:22 Cest par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie des fils d’Israël, et qu’il donna des ordres au sujet de ses os.

Hébreux 11:23 Cest par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et qu’ils ne craignirent pas l’ordre du roi.

Hébreux 11:24 Cest par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon,

Hébreux 11:27 Cest par la foi qu’il quitta l’Egypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible.

Hébreux 11:28 Cest par la foi qu’il fit la Pâque et l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touchât pas aux premiers-nés des Israélites.

Hébreux 11:29 Cest par la foi qu’ils traversèrent la mer Rouge comme un lieu sec, tandis que les Egyptiens qui en firent la tentative furent engloutis.

Hébreux 11:30 Cest par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour pendant sept jours.

Hébreux 11:31 Cest par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s